FRANCIS CABREL


Les Chevaliers Cathares Lyrics

Les chevalier Cathares
Pleurent doucement,
Au bord de l'autoroute
Quand le soir descend,
Comme une dernière insulte,
Comme un dernier tourment,
Au milieu du tumulte,
En robe de ciment.
La fumée des voitures,
Les cailloux des enfants,
Les yeux sur les champs de torture,
Et les poubelles devant.
C'est quelqu'un du dessus de la Loire
Qui a dû dessiner les plans,
Il a oublié sur la robe,
Les tâches de sang.
On les a sculptés dans la pierre
Qui leur a cassé le corps,
Le visage dans la poussière
De leur ancien trésor.
Sur le grand panneau de lumière,
Racontez aussi leur mort,
Les chevaliers Cathares
Y pensent encore.
N'en déplaise à ceux qui décident
Du passé et du présent,
Ils n'ont que sept siècles d'histoire,
Ils sont toujours vivants.
J'entends toujours le bruit des armes,
Et je vois encore souvent
Des flammes qui lèchent des murs,
Et des charniers géants.
Les chevalier Cathares
Pleurent doucement,
Au bord de l'autoroute
Quand le soir descend,
Comme une dernière insulte,
Comme un dernier tourment,
Au milieu du tumulte,
En robe de ciment.

Correct these lyrics

Watch Francis Cabrel Les Chevaliers Cathares video

Official lyrics powered by

Rate Les Chevaliers Cathares by Francis Cabrel (current rating: 1)
12345678910
Meaning to "Les Chevaliers Cathares" song text no entries yet
(*) required
capthca (*) required

Characters count : (*) min. 100 characters required